Afrique subsaharienne : près de 87% de la population aura un smartphone en 2030

La digitalisation galopante observée dans tous les domaines d’activités fait appel à des outils spécifiques dont la téléphonie mobile joue un rôle prépondérant. L’Afrique, le continent le plus en retard dans ce domaine devrait se donner plus de moyens les années à venir. Découvrez plutôt ce que révèle un rapport du GSMA publié le 27 février dernier.

Alors qu’en 2022 le taux d’adoption des smartphones en Afrique subsaharienne était évalué à 51%, le  rapport « The Mobile Economy 2023 », rendu public par l’Association mondiale des opérateurs et constructeurs de téléphonie mobile (GSMA) présage 87% de taux d’augmentation  en 2030.

Le rapport précise que l’Afrique subsaharienne figure parmi les régions qui connaîtront une forte extension de l’adoption des téléphones mobiles intelligents à l’échelle mondiale d’ici la fin de la décennie en cours. Ceci aux côtés de l’Asie-Pacifique et de l’Amérique latine, grâce à la baisse des prix de ces appareils et de la forte proportion des jeunes dans sa population. La plupart des nouveaux utilisateurs de téléphones mobiles sont en effet des natifs du numérique (digital natif). Ils utilisent leurs appareils pour de multiples activités autres que les appels vocaux et les SMS traditionnels, rapporte l’agence Ecofin.

Si à l’échelle mondiale, le nombre d’utilisateurs des smartphones devrait atteindre 92% à la fin des dix prochaines années contre 76% en 2022, ledit rapport révèle également que le trafic mensuel moyen des données mobiles en Afrique subsaharienne devrait quasiment quadrupler d’ici 2028 pour atteindre 18 gigaoctets (Go) par utilisateur contre 4,6 Go en 2022. C’est grâce à une plus grande couverture des réseaux mobiles à large bande, l’accessibilité des smartphones et le développement des marchés du mobile gaming et du streaming vidéo.

Néanmoins au plan continental, l’Afrique restera en dessous de la moyenne mondiale, soit 45 Go par utilisateur en 2028, contre 15 Go en 2022. Cette augmentation de la consommation sera beaucoup plus favorable avec la 4G qui restera le principal contributeur aux nouveaux abonnements dans la région jusqu’en 2030. Elle devrait représenter environ 47% des abonnements mobiles à cet horizon contre 22% en 2022, indique le rapport.

Plus de 6 milliards d’abonnés en 2030

Il faut noter par ailleurs, selon les révélations de ce rapport, que le nombre d’abonnés uniques aux réseaux de téléphonie mobile, toutes générations confondues, passera à 6,3 milliards en 2030 contre 5,4 milliards fin 2022. L’Afrique subsaharienne et l’Inde représenteront près de la moitié des nouveaux abonnés dans le monde d’ici la fin de la décennie, étant donné que les autres marchés plus matures s’approchent de la saturation. Dans toutes les régions, ce sont surtout les jeunes et les populations rurales qui constitueront les plus gros contingents des nouveaux abonnés. En perspective, cet accroissement de la numérisation du monde et surtout de l’Afrique ne sera pas sans conséquence au plan économique. Le GSMA anticipe et déclare que le secteur va génèrer 5 % du PIB mondial en 2030, soit une valeur ajoutée économique d’environ 6000 milliards de dollars.

Il est à souligner que l’Association mondiale des opérateurs et constructeurs de téléphonie mobile autrefois dénommée Groupe Spécial Mobile est une association internationale représentant les intérêts de plus de 750 opérateurs et constructeurs de téléphonie mobile de 220 pays du monde1, auquel s’ajoutent 400 autres entreprises de la sphère de la téléphonie mobile plus large, qui sont membres associés.

Serge ADJAKOU

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *