Mali/Sénégal : Péril des routiers suites à la sanction du Mali

Lors du sommet extraordinaire qui s’est tenu le 25 et le 26 mars à Accra, la CEDEAO a maintenu la sanction contre le Mali. Une décision qui ébranle économiquement  le Mali et le Sénégal.

Une situation difficile à digérer pour les transporteurs routiers depuis l’annonce du communiqué final de la Réunion des chefs d’État de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Selon le délégué des syndicats Daouda Lo  « cette décision ça n’arrange pas les routiers, 90 % des transporteurs Sénégalais achètent les camions pour le fret malien, si on bloque pendant deux mois , vraiment ça devient difficile ».

Pour les transitaires et opérateurs économiques maliens au Sénégal, la décision de la CEDEAO est une décision très désavantageuse. Mamadou Traoré et ses compatriotes transitaires malien redoutent pour leur futur: « il y a beaucoup de pertes sur le plan financier. Dakar-Bamako pratiquement c’est 300 à 400 camions par jour, 70% des frets maliens passe par les ports du Sénégal, donc sur le plan financier les pertes sont colossales », a déclaré Mamadou Traoré, transitaire malien au Sénégal.

D’après les études de l’Agence nationale de la statistique de la démographie le Mali reste le premier partenaire commercial du Sénégal.

Danielle ADOHOU

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.