Terrorisme 2022 : le Bénin 5e pays de l’UEMOA le plus touché

l’Institut d’Économie et de la Paix (EIP) a rendu public le rapport 2022 de l’indice mondial du terrorisme. Le Bénin rejoint malheureusement le top 5 de ces pays les plus touchés par le terrorisme dans l’espace UEMOA.

Classé 5e dans l’UEMOA selon le rapport de l’EIP sur l’indice mondial du terrorisme, le Bénin a rejoint le top 5. Ce qui loin d’être honorant place plutôt le pays dans une très mauvaise posture du point de vue sécuritaire. À en croire le classement, le Burkina Faso, pays frontalier avec le Bénin est classé premier dans l’espace UEMOA et 2e au plan africain. Quant au Bénin, il se classe 20e au plan africain avec un indice faible. Après le Bénin, plusieurs autres pays viennent se positionner dans ce classement. Il s’agit du Sénégal puis du Togo. Le seul pays qui peut se déclarer fier de ce classement n’est autre que la Guinée-Bissau qui se positionne très bien dans ce classement avec zéro comme score et un indice sans aucun impact.

Fréquence des attaques terroristes au Bénin

Depuis un certain temps, le Bénin se trouve fréquemment menacer et sous l’emprise des attaques terroristes qui ne cessent de se multiplier notamment au nord du pays. Cette recrudescence des attaques terroristes a déjà entraîné la perte de plusieurs agents des forces armées béninoises. La toute dernière en date de février 2022 a eu pour cible le parc national W. Plusieurs vies ont été détruite dans ces affrontements tant du côté des militaires béninois que de celui des assaillants.

Face à cette situation, plusieurs mesures sont annoncées par le gouvernement en vue de pallier à cette crise de terrorisme au Bénin. En effet, le gouvernement annonce la réception prochaine de nouveaux équipements de pointe au profit de l’armée. Cela permettra à l’armée d’être suffisamment outillé dans les affrontements avec les terroristes. Rappelons qu’on conseil des ministres extraordinaire a été consacré spécifiquement pour débattre sur la question et apporter des résolutions.

À l’issue de ce dernier, le gouvernement a annoncé la prise de mesures fortes. Il a en outre assuré que : « Bien que le phénomène soit mondial et concerne particulièrement notre sous-région, il ne peut en aucun cas être au-dessus de nos moyens et n’entamera en rien notre détermination à y faire face avec succès ».

Notons qu’à l’heure actuelle, l’Afrique subsaharienne représente déjà 48 % des décès dus au terrorisme dans le monde.

Jocelyne KOUKPOLIYI

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.