Bénin/Menaces djihadistes : Francis Kpatindé fait une proposition à Patrice Talon

Reçu ce mercredi sur TV5 Monde, le journaliste Francis Kpatindé soumet à Patrice Talon sa formule pour faire face efficacement aux menaces terroristes qui pèsent sur le Bénin. Il estime qu’aucune lutte contre le terrorisme ne saurait aboutir dans la division.

« Travailler à rassembler toutes les filles et tous les fils du pays ». Ainsi se résume la stratégie de lutte contre la présence des djihadistes dans le pays selon le journaliste Francis Kpatindé. En effet, ce dernier déplore la division qui s’est instaurée au sein de la classe politique et la situation alarmante qui s’observe autour de cette situation depuis 2019.

A croire Francis Kpatindé, l’unique formule pour venir à bout du terrorisme, « c’est l’unité ». C’est pourquoi il invite le chef de l’État, le président Patrice Talon à régler les conflits post-électoraux en libérant les prisonniers politiques.

Selon le journaliste, une lutte efficace contre l’extrémisme violent qui touche le pays de plein fouet, ne saurait être résolue que par l’unité entre tous les Béninois. Cependant, cette unité selon lui ne sera possible que lorsque les leaders politiques seront libérés de prison.

« Partout où il y a des terroristes, il faut une forme d’unité nationale pour faire front. Le chef de l’Etat Patrice Talon doit régler les contentieux post-électoraux et libérer les prisonniers politiques parce qu’il faut une forme d’unité nationale pour s’opposer à ces assaillants avec succès », a déclaré Francis Kpatindé sur TV5 Monde. Il ajoute qu’« il faut que la classe politique et la classe syndicale soient soudées. Si le pays est divisé, s’il y a des problèmes, les djihadistes trouvent des failles pour perturber le déroulement normal de la vie publique. Dans un climat de division, ils trouvent des failles pour attaquer, pour recruter » « Tant que le pays sera divisé, l’ennemi élargira son champ de contrôle », a-t-il conclu.

Notons que le Bénin a déjà fait face à trois attaques terroristes survenues à Banikoara et à Porga en l’espace de quelques semaines. Ces attaques ont fait des morts tant dans le rang de l’armée béninoise que des assaillants.

Jocelyne KOUKPOLIYI

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.