Affaire Owolobè : Le ministère public réclame la relaxe de l’empereur

Après le procès du mardi 19 octobre 2021 au tribunal de première instance de Cotonou, le ministère public s’est prononcé à la fin de l’audience. Celui-ci demande une condamnation à prison ferme pour les ministres et la relaxe de l’empereur Owolobè.

En audience le mardi 19 octobre 2021, le leader de la fraternité Ogboni et ses ministres ont été à nouveau écouté par les juges. Après concertation, le ministère public représenté par le procureur Jules Ahoga a requis contre les huit ministres, une peine d’emprisonnement ferme de 36 mois et une amende de 200 000 FCFA. Contrairement à l’empereur Owolobè qui, mérite d’être relaxé « au bénéfice du doute » selon le ministère public.

En effet, selon le ministère public, l’empereur n’a pas pris part de façon active à la séance de bastonnade. Il justifie sa théorie par le fait que « l’empereur ne savait pas que le conseil organisé par les ministres allait dégénérer ». Une théorie en contradiction avec celle de Philibert Behanzin, avocat de la victime. Le tribunal a donc décidé de renvoyer l’audience au 26 octobre prochain.

 Il faut rappeler que l’empereur Owolobè est poursuivi dans cette affaire pour « complicité de coups et blessures volontaires ». Il avait été arrêté le 18 juillet 2021 sans mandat de dépôt après la diffusion d’un audio de la victime sur les réseaux sociaux.

Jocelyne KOUKPOLIYI

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.