Bénin – Annulation du Cafcp: le méa culpa de Salimane Karimou

Le ministre de l’Enseignement maternel et primaire, Salimane Karimou, est revenu cette semaine sur l’annulation du Certificat d’aptitude aux fonctions de conseiller pédagogique (Cafcp) session de 2020 en reconnaissant la part de responsabilité de son ministère.

Benin Web TV est désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement en cliquant sur le lien suivant: https://t.me/beninweb

C’était ce lundi à Porto-Novo en marge d’un atelier de réflexion organisé sur les conditions d’organisation et de déroulement du Cafcp et le Certificat d’aptitude à l’inspectorat pédagogique.

Evoquant la question de fraude à l’édition 2020 du Certificat d’aptitude aux fonctions de conseiller pédagogique (Cafcp) au micro des confrères de Matin Libre, le ministre Salimane Karimou n’a pas totalement dédouané l’administration de son département.

Le ministre soupçonne sept (07) candidats d’avoir été à l’origine de la fraude qui a conduit à l’annulation du concours.

«  On aurait pu même dire qu’on va sanctionner les 7 là, parce que j’ai dit qu’au-delà même des considérations d’ordre technique, l’Etat a mis des ressources financières dedans et il ne faut pas s’amuser avec les ressources de l’Etat », a confié l’autorité.

Pour le ministre Salimane Karimou, plus de 30 millions ont été mobilisés dans le cadre de ce concours et « l’on pourrait dire que ceux qui sont à la base de ça vont être poursuivis et rendre compte. Mais ce n’est pas eux seuls« , explique le ministre.

A l’en croire, son département ministériel a une part de responsabilité dans cette situation.

Que peut-on reprocher à l’administration du MEMP ?

Dans ses explications, le ministre de l’Enseignement maternel et primaire a évoqué des dysfonctionnements au niveau de la direction de son ministère. « Au niveau de ma direction moi-même là, j’ai constaté qu’il y a eu des failles. C’est pourquoi j’ai donné exemple« , a fait savoir Salimane Karimou.

Le Directeur des examens et concours, poursuit-il, quand il tire son épreuve, il est le seul à rentrer dans sa chambre noire. Aucun ministre n’y va. « Surtout chez nous là, chacun joue son rôle« , précise-t-il.

Dans son effort de mettre le doigt sur la faille observée dans l’administration de son département, Salimane Karimou affirme que si le DEC tire une épreuve, il connait l’auteur de l’épreuve.

« Moi je ne le connais pas. Lui ne peut pas me proposer la signature sur une note là, quelqu’un qui est l’auteur de l’épreuve qu’il a tirée et qui passe« , explique-t-il.

Le ministre conclut en affirmant que cela veut dire que quelque part, soit il est complice, soit si ce n’est pas lui-même qui a proposé les noms, quelqu’un lui a certainement proposé ces noms.

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.